Un vrai métier !

Classé dans : Blog | 5

 [Mise en garde : mode « Grrrr » activé !]

Vous le savez, ce métier d’écrivain public que j’aime passionnément est riche de nombreuses facettes : accompagnement de particuliers, transcription, et bien évidemment, rédaction.

Petit rappel du passé…

En 1998 (merci de ne pas relever…), j’ai eu la chance de pouvoir rédiger un guide touristique sur mon département. Bien que saisie dans l’urgence et disposant d’un temps assez réduit, l’expérience fut belle et enrichissante : recherches et confirmations d’informations, visites sur place, découvertes de jolis endroits parfois improbables et de professionnels passionnés, rédaction d’avis, etc.

Vraiment, ce travail m’a beaucoup plu, qui allie organisation pointue, écriture, indépendance et autonomie, toutes choses que je recherche dans mon activité. Il va sans dire que j’ai été rémunérée correctement pour ce travail, selon le dicton bien connu (ou qui devrait l’être…) « Tout travail mérite salaire ».

Présent…

Il y a quelque temps, suite à une annonce découverte par hasard sur Facebook, j’ai décidé de postuler à nouveau pour la rédaction d’un nouveau guide touristique. Quelques semaines plus tard, c’est à un site de voyage très connu sur la toile que j’ai proposé une collaboration. Cependant, après différents mails, entretiens téléphoniques, recherches sur internet…

Horreur, malheur, stupéfaction ! J’ai dû me résoudre à accepter le fait que de nombreuses entreprises très bien implantées aient l’air de penser qu’une rédactrice (ou un rédacteur, il va sans dire !) ne méritait pas une rémunération à hauteur de la tâche ! Et croyez-moi, je n’exagère pas !

Rédactrice : un « vrai » métier !

Il semblerait donc que ce métier n’en soit pas un… Mais dans l’esprit des recruteurs, plutôt un hobby, ou un passe-temps pour qui n’a rien de mieux à faire… Et là, j’avoue, j’ai vu rouge !

Ecrire un texte, c’est d’abord s’informer sur le sujet, trouver un bon angle d’attaque, se conformer à une ligne éditoriale précise, relire, améliorer, corriger, être capable de se remettre en question. Tout cela prend du temps, beaucoup de temps, qu’il me semble juste de devoir être rétribué par quelque paiement honorable.

Parce que oui, c’est un vrai métier qui ne s’improvise pas et dans lequel l’expérience compte.

Alors, mesdames et messieurs les recruteurs, s’il vous plaît, laissez-nous la chance de pouvoir l’exercer de façon digne et respectueuse !

 

 

 

 

 

 

 

5 Responses

  1. catherine

    Salut Mag

    Je comprends ta « colère » 🙁 c’est hélas le cas de beaucoup de professions réalisées par des indépendants… je pense au secrétariat indépendant, la formation (eh oui..) dès que l’on travaille seul on a du mal à « être crédible » attention c’est juste le regard extérieur, je ne parle pas du travail que l’on réalise qui lui est souvent de qualité mais parfois laisse à désirer d’où cette contre partie difficile à avaler… La société est ainsi faite, pas ou peu de place pour les indépendants qui travaillent seuls 🙁 en ce qui concerne la formation, la réforme aura « permis » de tuer les très petites structures et les rêves de travailler en tant qu’iindépendant, les gros organismes et les écoles se regroupent ce qui laisse peu de place aux autres…
    Il faut se battre mais c’est lassant
    Bon courage
    Cath

  2. Anne-lise

    Ah lala, comme je te comprends !!!! un jour j’ai eu un appel d’un gars, il voulait que je lui tape des rapports. Il fallait que je sois dispo n’importe quand (1 rapport par jours mini, 2 pages au moins) et il me proposait 200 € par mois ! Quand je lui ai dit qu’il ne trouverai personne à ce prix là, il était étonné « oui mais pour vous c’est bien, ça vous fait un complément de revenus ». En fait pour lui j’étais une femme au foyer qui cherchait des missions de secrétariat pour m’occuper, passer le temps 🙁
    Et dernièrement, le truc qui me gonfle le plus, à un réseau, sous forme de speed meeting, je présente mon activité. A la table une nana, EC, très arrogante, qui me dit « ha mais en fait vous êtes JUSTE auto-entrepreneur ! » genre j’ai pas vraiment monter ma boîte quoi….
    Là j’ai été pas très sympa dans ma réponse, je l’ai boité en disant que oui j’étais AE mais qu’il me fallait comme n’importe quel chef d’entreprise trouver des clients, développer mon business et qu’un jour j’aurais peut-être besoin d’un EC pour changer de statut, mais que je ne ferais pas appel à elle c’est certain !!!!
    La nana qui n’a rien compris, que les AE d’aujourd’hui peuvent-être ses clients de demain…. bref….

  3. K.

    Joli billet d’humeur qui me rappelle celui où je parle du « tout gratuit »…
    Les tarifs sont tirés vers le bas car il y a de la concurrence déloyale, dans le sens où la qualité du travail n’est pas la même.
    Il serait bon de comparer ce qui est comparable.
    Quand je vois des assistantes indépendantes réaliser du recrutement pour 25 à 30€/heure, ça me laisse perplexe…
    Quand je vois des formateurs vendre leurs prestations à 30 à 40 €/heure, je me demande si cela restera possible de poursuivre.
    Récemment, une proposition de rédaction de contenu pour 20 €/heure (et en 2 heures s’il vous plait 😉 ).
    Gardons nos valeurs.

  4. Fabienne Lagorsse Pl@n'net Flag

    Ce petit coup de gueule est bien venu car en effet, il faut reconnaitre les valeurs d’un professionnel de la rédaction. Ce métier, car c’en est un à part entière, demande des compétences particulières dans cette langue de Molière que nous affectionnons tous mais maîtrisons si mal ! Rendons à César ce qui appartient à César et Grevisse ce qui appartient aux grammairiens ! Outre l’écriture sur le fond, il y a, en plus, celle de la forme ! Étant respectueuse de ceux et celles qui manient aussi bien le verbe et le mot pour nous faire rêver, je ne peux que les défendre, les encourager et saluer bien bas ! Merci Magali !

  5. Séverine - Neoplume

    Bonjour Magali,
    Oui, tu as raison de pousser un « coup de gueule ». La semaine dernière encore, une personne me demandait de lui corriger sa lettre de motivation et s’étonnait de recevoir un devis. Nombreux sont ceux qui s’attendent à recevoir un conseil gratuit, pensant qu’après tout, pour nous, c’est facile … ils oublient que c’est notre métier !
    Séverine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.