Mon coeur, mon amour…

Classé dans : Blog | 7

 

« Il y a deux sortes d’amour : l’amour insatisfait, qui vous rend odieux, et l’amour satisfait, qui vous rend idiot. » Colette

Demain, les premiers tireront à boulets (rouges, tout de même 😉 ) sur cette « mascarade », cette fête « commerciale », etc., et les seconds prépareront dîner, cadeau ou sortie en amoureux !

S’il faut choisir, je préfère être idiote qu’odieuse, pas vous ?

En bonus, ce magnifique poème de Paul Eluard – Bonne fête à tous les amoureux !

Air Vif

J’ai regardé devant moi
Dans la foule je t’ai vue
Parmi les blés je t’ai vue
Sous un arbre je t’ai vue

Au bout de tous mes voyages
Au fond de tous mes tourments
Au tournant de tous les rires
Sortant de l’eau et du feu

L’été l’hiver je t’ai vue
Dans ma maison je t’ai vue
Entre mes bras je t’ai vue
Dans mes rêves je t’ai vue

Je ne te quitterai plus.

7 Responses

  1. Marie-Alexandra

    et moi disons que je n’attends pas la Saint Valentin pour être idiote.
    Je le suis 365 jours sur 365 et 365 nuits sur 365.
    Mais j’aime bien moi l’amour ça rend heureux.

  2. Magali Izard

    Merci à vous, mes chères idiotes ! 😉
    Une journée par an où l’amour est à l’honneur partout (mercantile ou pas, on s’en moque, non ?), je trouve aussi que c’est une bonne nouvelle !

  3. Mary

    comme tu dis^^
    bon ici ça sera gateau et cotillons au lieu de resto en amoureux on se rattrapera le 15 ou le 16 ou plus trd :p

  4. Faye

    Merci de m’avoir fait découvrir ce magnifique poème ! 🙂
    Bonne saint-Valentin à Henry et toi, profitez les tourtereaux.
    Faye, pas amoureuse mais pas encore aigrie 😉

  5. Marie-Hélène

    Moi j’veux bien être idiote et sourire béatement à l’amour !
    Allez, je vais te répondre en poésie aussi 🙂
    Jolie Saint Valentin Mag !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.